DxO PhotoLab

Créer un effet HDR à partir d’un seul RAW

En collaboration avec Gilles Theophile

Dans ce tutoriel, nous verrons comment exploiter et récupérer les informations contenues à la fois dans les zones claires et dans les zones sombres d’un seul fichier RAW, pour produire une image équilibrée et au rendu réaliste.

Pour suivre ce tutoriel, vous avez besoin de :

  • DxO Optics Pro 9.
  • Des images au format RAW.
  • Vous pouvez télécharger nos images de démonstration ICI

1- Qu’est-ce que le HDR ?

HDR est l’abréviation de High Dynamic Range, qu’on peut traduire par « plage dynamique étendue ». La technique du HDR permet de récupérer et d’exploiter des informations dans toutes les zones de l’image, quelle que soit leur exposition : ainsi, on pourra créer des images qui présentent un grand nombre de détails à la fois dans les zones les plus claires et les plus sombres. Les images HDR sont en général produites par fusion ou assemblage d’images exposées différemment lors de la prise de vue. Néanmoins, la puissance des algorithmes de correction de DxO Optics Pro 9, alliée aux immenses progrès des capteurs et de la plage dynamique des appareils photo, permet de récupérer toutes les informations utiles dans les différentes zones d’un seul et même fichier RAW, dans le but d’équilibrer des images présentant de forts écarts de contraste.

Bien que la photographie HDR ait une forte connotation artistique, cette méthode permet également de créer des images parfaitement naturelles, dans le but de restituer les détails aussi bien dans les zones sombres que dans les zones claires. Par exemple, lorsque l’on photographie un bâtiment au premier plan avec en arrière-plan un ciel très lumineux, il est presque impossible d’avoir les deux plans correctement exposés.

DxO Optics Pro 9 propose un certains nombre d’outils particulièrement performants de ce point de vue : outre la Compensation d’exposition et le Smart Lighting, la sous-palette Tonalité sélective permet de corriger à la fois les ombres, les hautes lumières et les tons moyens, de manière sélective, et sans passer par la fusion de plusieurs images. Vous pouvez donc utiliser un seul fichier RAW pour obtenir un rendu HDR.

La sous-palette Tonalité sélective

La sous-palette Tonalité sélective, située dans la palette Lumière et couleur – Avancé lorsque vous êtes dans l’espace de travail Utilisateur Expérimenté, comporte quatre curseurs qui vont agir sur différentes zones de l’image :

  • Hautes lumières : agit sur les zones les plus claires de l’image.
  • Tons moyens : agit sur les zones moyennes de l’image, c’est à dire les éléments qui ne présentent pas de luminosité élevée (comme le ciel, le blanc, la surface de l’eau, les surfaces métalliques, etc.), ou qui ne sont pas excessivement sombres (ombres profondes, éléments à contre-jour ou plongés dans le noir, teintes foncées, etc.).
  • Ombres : agit sur les zones sombres de l’image.
  • Noirs : agit sur l’intensité et la profondeur des noirs dans l’image.

La sous-palette Contraste

Dans cet exercice, nous nous servirons également des curseurs Contraste et Microcontraste de la sous-palette Contraste, accessible dans la palette Lumière et couleur. Ces curseurs vont permettre de donner plus de dynamisme à l’image, car la manipulation de la luminosité peut entraîner un nivellement du contraste et rendre l’image fade et sans relief.

  • Le curseur Contraste va agir sur la globalité de l’image, en renforçant l’écart entre les ombres et les parties les plus claires, ce qui aura pour effet d’assombrir encore plus les tons foncés et d’éclaircir les tons clairs (curseur vers la droite), ou au contraire en atténuant cet écart (curseur vers la gauche). Si vous augmentez significativement le contraste, alors la saturation de l’image sera également impactée et les couleurs seront elles aussi renforcées. A l’inverse, si vous diminuez le contraste, la saturation des couleurs sera également moins marquée.
  • Le curseur Microcontraste, lorsqu’on le déplace vers la droite, va agir en révélant puis en renforçant toutes les textures et les micro-détails présents dans l’image.

2- Exemple d’image sombre

Analyse du contenu de l’image

Cette photo a été prise très tôt le matin, et l’exposition privilégie les hautes lumières, notamment le reflet du soleil dans la dérive de l’avion. Le ciel correspond à la scène réelle mais tout le bas de l’image est très sombre, à tel point qu’il est difficile de distinguer le personnel au sol, placé à droite dans l’image.

Le but, ici, est d’éclaircir le bas, sans dénaturer le reste de l’image, en conservant l’ambiance de la scène.

Pour corriger cette image et pour révéler ce qui se passe dans les parties sombres, voici comment nous allons procéder.

2.1 – Appliquez les corrections de base

Tout d’abord, nous allons appliquer l’autoréglage DxO par défaut, qui va déjà permettre de faire un premier travail en équilibrant l’image, sans correction ou effet excessifs. L’autoréglage DxO par défaut est appliqué aux photos lors de leur ouverture, sauf si vous changez cette option dans les préférences.

Note

L’image originale comporte un certain nombre de tâches et de poussières, qui étaient collées au capteur. Les diverses corrections de tonalité effectuées ici auront bien entendu une influence sur la présence de ces défauts, en tant que « détails » de l’image, et leur suppression peut être effectuée en début comme en fin de traitement.

2.2 – Débouchez les zones sombres

Nous allons commencer par déboucher les zones trop sombres. Les zones les plus claires, comme la dérive de l’avion, seront traitées dans un second temps.

Déplacez le curseur Ombres aux alentours de +30, ce qui aura pour effet d’éclaircir considérablement le bas de l’image.

2.3 – Ajustez les tons moyens et les zones claires

La dérive ayant un bien plus bel aspect dans l’image originale, on pourra s’en rapprocher en diminuant à la fois les curseurs Hautes lumières et Tons moyens à -35, ce qui permet de récupérer de la texture et des détails dans cette portion de la photo.

2.4 – Rehaussez le contraste global et local

Ce type de manipulation entraîne parfois un nivellement du contraste : n’hésitez pas à rehausser le contraste général de l’image ainsi que celui des détails, à l’aide des curseurs Contraste et Microcontraste de la sous-palette Contraste. Dans cet exemple, nous allons les régler respectivement à +15 et +30.

Note

Même si chaque curseur agit de manière sélective sur les différents niveaux de luminosité et de contraste de l’image, il y aura forcément une influence plus ou moins marquée sur les niveaux adjacents ou de transition, ce qui explique pourquoi, dans certains cas, vous devrez revenir une deuxième fois sur le réglage de certains curseurs pour obtenir l’effet que vous recherchez.

Voici donc l’image finale que nous pouvons obtenir grâce aux puissantes corrections de DxO Optics Pro (inclut la correction des poussières et le redressement de l’horizon).

3- Exemple d’image claire

Analyse du contenu de l’image

Cette image représente la même scène que l’exemple précédent, mais l’appareil photo a été réglé pour exposer correctement les zones sombres, ce qui se traduit par une surexposition générale de la photo. Nous allons tenter de retrouver son atmosphère d’origine, tout en profitant de la moitié inférieure de l’image.

Pour corriger cette image et retrouver l’ambiance de la scène photographiée, voici comment nous allons procéder.

3.1 – Appliquez les corrections de base

De la même manière que pour l’exemple précédent, nous allons dans un premier temps laisser DxO Optics Pro appliquer l’autoréglage DxO par défaut. On observe que l’image est tout de suite bien mieux équilibrée en termes d’exposition, et ce grâce aux puissantes corrections de Compensation d’exposition et de DxO Smart Lighting.

.

3.2 – Corrigez les tons moyens

Nous allons cette fois commencer par corriger les tons moyens, puis traiter les zones les plus claires et les zones plus sombres par la suite.

Commencez par régler le curseur Tons moyens à -70, ce qui va rendre les éléments principaux de l’image – l’avion, le sol et les personnages – plus denses.

3.3 – Assombrissez les hautes-lumières

Réglez le curseur Hautes lumières à -50, ce qui permet de redonner un aspect très matinal au ciel et de rehausser les détails dans la dérive de l’avion.

3.4 – Augmentez la densité de l’image

Pour rendre la photo plus dense, déplacez le curseur Ombres à -20. Inutile ici de rendre les noirs plus profonds, ce qui risque de boucher les éléments déjà sombres.

3.5 – Rehaussez le contraste global et local

Là encore, on pourra donner plus de relief à l’image grâce aux curseurs Contraste et Microcontraste que nous allons régler respectivement à +15 et +30.

Note

N’ayez pas peur de pousser les réglages des curseurs ! Grâce à la latitude et la réversibilité des corrections sur fichiers RAW, vous avez une grande marge de manœuvre avant de détruire les informations disponibles dans l’image.

Ainsi, nous pouvons retrouver une image équilibrée en quelques clics seulement.

4- Exemple d’image à la fois claire et sombre

Analyse du contenu de l’image

Pour cet exemple, nous changeons de sujet avec cette photo d’un paysage pris par mauvais temps. Le but, ici, est de renforcer la présence du ciel et des nuages gris, qui sont surexposés, tout en réussissant à éclaircir le paysage pour en révéler les détails, sans perdre l’atmosphère particulière de cette scène.

Une méthode aurait pu être de prendre au moins deux photos, l’une exposée pour le ciel, et l’autre pour les montagnes, puis de les fusionner à l’aide d’un logiciel spécialisé dans le traitement d’images HDR. La puissance de traitement de DxO Optics Pro permet d’obtenir un résultat équivalent, et de manière plus rapide, plus facile, et en vous passant d’un programme supplémentaire. Ainsi, vous restez dans un flux de travail RAW totalement réversible.

Pour corriger cette image et apporter un maximum de dynamisme sans tomber dans l’excès, voici comment nous allons procéder.

4.1 – Appliquez les corrections de base

Comme pour les deux premiers exemples, l’autoréglage DxO par défaut va déjà faire une partie du travail de récupération de détails.

4.2 – Atténuez les hautes lumières

Nous allons commencer par régler le curseur Hautes lumières à -70 : le ciel et les nuages sont tout de suite beaucoup plus détaillés et présents.

4.3 – Débouchez les zones sombres

Pour bien éclairer le paysage sans toucher aux nuages, on se servira plutôt du curseur Ombres, réglé à +15, et le curseur Noirs à +5, afin de limiter l’écrêtage des tons les plus sombres.

4.4 – Améliorez la présence et le contraste du paysage

En réglant le curseur Contraste à +40, l’image va globalement être plus dense et cela contribuera à renforcer l’atmosphère dégagée par ce mauvais temps. Le curseur Microcontraste réglé à +45 va mettre en valeur le moindre détail, tout en renforçant l’impact de la photo.

La correction de cette image aura pris, en tout et pour tout, moins de 2 minutes, essais et autres corrections (horizon) inclus, à comparer avec la méthode de fusion d’images exposées différemment, qui peut prendre plusieurs dizaines de minutes pour obtenir un résultat satisfaisant.

Astuce

Vous pouvez comparer l’image avant et après correction de deux manières : soit en affichant les deux images côte à côte en cliquant sur l’icône  de la barre de commandes, soit, si vous êtes en mode d’affichage mono-image, en cliquant sur le bouton Comparer .

5- Pour aller plus loin : les autoréglages HDR

Pour aller plus loin et surtout plus vite, vous avez la possibilité d’utiliser un des quatre autoréglages HDR proposés par DxO Optics Pro. Pour cela, il vous suffit d’aller dans la fenêtre des Autoréglages et choisir parmi HDR – Léger, HDR – Réaliste, HDR – Artistique ou encore HDR – Noir & Blanc, disponibles dans la section 4 – High Dynamic Range (HDR mono-image).

Bien entendu, vous pouvez créer vos propres autoréglages, à tout moment, à partir de vos corrections personnalisées.

Astuce

N’hésitez pas à créer des copies virtuelles si vous souhaitez essayer différents réglages et corrections.

Crédits photos : Gilles Theophile, Arnaud Pincemin